La technique du «Ben ouin… pis?»

La technique du «Ben ouin… pis?»

Ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants?

Comme coach, laissez-moi vous dire que j’apprends beaucoup en regardant et en écoutant mes trois garçons interagir entre eux.

La semaine dernière, j’ai été remarquablement surprise d’entendre mon grand de 12 ans, Mathis, expliquer à ses deux petits frères, Félix et Sébastien, comment répliquer à un jeune qui les intimide et leur lance un «gros con».

Mathis dit alors à Félix : «C’est pas compliqué, Fil, quand il te dit que tu es un gros con, tu lui réponds : «Ben ouin… pis?»

Félix de répondre : «Mais je ne suis pas con! Il n’a pas d’affaire à me dire ça!»

Mathis qui réplique : «Imagine que c’est toi qui dit à quelqu’un qu’il est con et qu’il te dit : « Ben ouin… pis? » Ça te fâcherait. Tu deviendrais en maudit. Et tu finirais par arrêter de lui dire qu’il est un gros con».

Pas fou comme technique! Au fond, j’appellerais cette forme de contre-offensive «l’art de la confiance en soi». Peu importe ce qu’on te dit, tu réponds : «Ben ouin… pis!»

  • Tu ne réussiras pas ce nouveau projet… Ben ouin, pis?
  • Tu vas te planter avec cette idée-là… Ben ouin, pis?
  • Tu es dont bien niaiseuse d’avoir fait cette erreur-là… Ben ouin, pis?
  • T’es folle de penser comme ça… Ben ouin, pis?
  • Toi pis tes idées de grandeur… Ben ouin, pis?

téléphone 4038001_mEt si nous mettions un peu plus de «ben ouin… pis» dans notre vie, peut-être aurions-nous plus confiance en nous? Peut-être oserions-nous prendre plus de risques pour atteindre nos objectifs? Peut-être vivrions-nous pleinement notre vie? Peut-être ne souffririons-nous pas autant de nos erreurs, de nos échecs ou de nos épreuves?

En fin de compte, est-ce si grave que ça tous ces reproches, ces peurs, ces critiques? Toujours, il y aura des gens sur notre route pour nous adresser toute sorte de paroles négatives. Toujours, il y aura des obstacles sur nos chemins, des montagnes à gravir, des rivières à traverser, des pentes à dévaler…

Mais si nous faisions suffisamment confiance en la vie, au processus, pour travailler notre répartie avec un «ben ouin… pis»?

Merci, Math, de m’avoir fait découvrir toute la puissance de ces trois petits mots si simples mais si grands à la fois. La prochaine fois qu’on me critiquera, je répondrai fièrement, en pensant à toi : «ben ouin… pis!»

Je ne veux surtout pas insinuer qu’il faut dorénavant répondre «ben ouin… pis» à tout coup. Et je ne détiens certes pas la vérité. Mais je pense sincèrement que la réflexion, en regard de l’utilisation de l’expression «ben ouin… pis» en vaut la peine. Du moins, pour réaliser à quel point on souffre de ce que les autres pensent de nous et à quel point cela peut devenir un frein à notre épanouissement, à la réalisation de nos rêves et à l’atteinte de nos objectifs les plus précieux.

Sans tomber dans un je-m’en-foutisme pur et dur, un peu plus d’assurance ne tuera pas personne, mais vous accordera peut-être le détachement nécessaire pour plus de liberté.

Bonne semaine et surtout, bonne réflexion!

Vous avez des commentaires? Écrivez-moi sur FB ou à l’adresse suivante : marlene@must-coacing.com

Marlène

 



ACTIVE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Facebook
Twitter
LinkedIn